13 Mai : Paris CDG – Los Angeles


Nous sommes partis avec les membres du moto club, un projet datant de juin 2012. Onze motos et 19 personnes. organisé par West Euro Bikes.

Notre Parcours

5000 Kms et 4 États traversés

DSC_1289[1]



 14 mai : Los Angeles – Palm Springs.


Après maintes péripéties chez le loueur, nous avons récupéré nos motos et partons derrière notre guide sur Hollywood Boulevard. Sauf que notre guide nous lâche au premier feu rouge avant de prendre l’autoroute, qu’on ne le rattrapera jamais, qu’on va se faire des kilomètres dans les bouchons car toutes les autoroutes sont saturées, peu importe le sens, et qu’on finira en désespoir de cause par rallier la destination du soir Palm Springs. En plus de tout ça la pluie s’est mise de la partie, et quand je dis pluie, c’est plutôt des trombes d’eau. 0n était trempés du cou jusqu’aux pieds. Bref, les joies du motard !

On est arrivé le soir vers 21 h après avoir fait 180 km, peut être 250 depuis le matin dans les embouteillages. Inouïe
! Pas beau Los Angeles…



15 mai : Palm Springs – Joshua Tree – Bullhead City


Traversée de Palm Springs pour rejoindre l’autoroute et direction le parc Joshua où nous découvrons un désert minéral , des cactus et des yuccas géants. Comme hier à Los Angeles nous roulons sous la pluie dans le parc.

Le parc national de Joshua Tree , situé dans le sud-est de la Californie, est déclaré parc national en 1994. Il se trouve dans les comtés de Riverside et de San Bernardino et abrite deux écosystèmes de désert distincts : le désert du Colorado, aux altitudes basses, et le désert des Mojaves aux élévations plus hautes.

Ce dernier est l’habitat du Joshua tree, arbre de Josué, une espèce que l’on rencontre uniquement au Sud-Ouest des États-Unis.


La journée en vidéo est  ICI



16 mai : BullHead City – Grand Canyon


Nous commençons à être rôdés : levé 6 h, petit déjeuner à 7 h, départ à 8 h 30. Tous les jours nous fermons nos valises et les apportons au Van qui nous suit.

Nous faisons un arrêt à Oatman, célèbre petite ville située à l’ouest de l’état d’Arizona, dans le Comté de Mohave,
traversée par la Route 66. C’est une ancienne ville minière après que deux prospecteurs aient trouvé de l’or en 1915. C’est devenu par la suite une ville fantôme, et dans les années 1960 elle a été pratiquement abandonnée.

Oatman, tout à fait typique. Là c’est le Far West. Les nouveaux chevaux sont des Harley Davidson. c’est ça la Route 66, après les pionniers de l’aventure de la conquête de l’ouest, ce sont les vestiges des années 50 qui sont à visiter. Ici pas de cathédrale et pas de château … Le temps s’améliore. Nous avons le soleil depuis ce matin et il a l’air de vouloir durer. Ce soir nous couchons à l’hôtel du Grand Canyon.

Les lits sont hyper confortables. Après des étapes journalières de 400 km, on apprécie. 2 m x 2 m…


La journée en vidéo est  ICI



17 mai : Grand Canyon – Chinle


Ce matin, Le Grand Canyon. En fait, oui il est grand, immense, démesuré. Je pense que les photos ne rendront pas la vision en 3 D. Voilà quelques images pour vous donner une impression vue de l’hélico. Il s’étend sur environ 450 km de long entre le lac Powell et le lac Mead. Sa profondeur moyenne est de 1 300 mètres, avec un maximum de plus de 2 000 mètres. Sa largeur varie de 5,5 km à 30 km.

Le site est cependant remarquable pour les points de vue offerts aux visiteurs et pour les couches géologiques qui apparaissent sur les versants du canyon, bien connus des géologues. Les strates racontent l’histoire du continent nord-américain. D’autre part, l’endroit est le résultat spectaculaire du travail de l’érosion, notamment celle du fleuve Colorado qui coule en contrebas. Au fait, ce matin il y avait de la glace sur les motos…

Après le circuit en hélico nous sommes partis avec nos engins en longeant le Grand Canyon du Colorado pendant des kms.  vers le canyon de Chinley. Pas très chaud, il y a de la neige sur les sommets . Beau mais frais. Nous étions à 2000 m.

Ensuite direction Cameron. Nous sommes en réserve indienne,d’abord les Kaibab, les Cocooning, les Navajo, les Hopi, etc.

Les routes sont toujours impressionnantes par leur longueur. On fait des kilomètres sans rencontrer âme qui vive.

Et puis dans la plaine au milieu de nulle part une maison en bois avec une ou deux caravanes à l’Américaine, c’est-à-dire immense. Les campings cars sont des monstres. Les voitures aussi.

On a vu des PT Cruiser à moteur V6 et V8 ! En fait les V8 sont légions, beaucoup d’hybrides aussi.


La journée en vidéo est  ICI



18 mai : Chinle – Canyon de Chelly – Monument Valley – Page


Le Monument national du Canyon de Chelly (prononcer «d’chai») est un monument américain situé dans l’État de l’Arizona, au sud-ouest des États-Unis.

Le mot « Chelly » est une déformation anglaise du mot navajo « tseqi », qui signifie « canyon rocheux ». Il est au milieu d’une grande réserve Navajo. Il a la forme d’un Y, creusé verticalement dans les lits de grès par deux arroyos : Tsaile Creek et Whiskey Creek qui se joignent pour former le Rio de Chelly. Il s’étend sur 40 kilomètres. Depuis le nord-est, le Canyon del Muerto, long de 50 kilomètres, le rejoint à Chinle. La hauteur des falaises atteint 300 mètres.

Les Navajos s’installèrent dans le Canyon à partir de 1700. Ils y faisaient paître leurs troupeaux et pratiquaient une agriculture rudimentaire.

En 1805, lors d’un conflit qui opposait les Navajos aux colons espagnols, un groupe d’Indiens se réfugia dans le Canyon del Muerto, où ils furent poursuivis par un détachement espagnol sous les ordres du lieutenant Antonio Narbona. Retranchés dans un abri sous la falaise, les Navajos furent massacrés par les soldats espagnols. La tuerie fit 115 victimes. L’endroit est encore connu sous le nom de « Massacre Cave ».

Aujourd’hui, toute la réserve est un lieu de culte où viennent le week-end se recueillir les indiens navajos d’aujourd’hui.

On est prié de ne pas faire de bruit ni de parler trop fort.


La journée en vidéo est  ICI



19 Mai :  Page – Kanab – Bryce Canyon – Kanab


 

Vers Kanab (250 kilomètres). Personne sur la route, à part nous. Ce matin le temps est beau. Température 19°. Mais les nuages au loin nous laissent présager un changement de temps. Il va falloir envisager de bâcher.

Après Kanab le paysage change on se croirait en France ! On arrive sur Bryce Canyon. Quel spectacle c’est grandiose !

Les indiens appelaient ces statues naturelles “les hommes debout”. Brice Canyon, un site, là encore magnifique. Arrivés avec la pluie, quelques rayons de soleil nous permettrons d’apprécier ce site à sa juste valeur. C’était une journée bien remplie. Retour à Kanab pour la nuit.


La journée en vidéo est  ICI



20 Mai :  Kanab – Zion Park – Las Vegas


Levé à 6 h, départ 7 h 30 pour 600 km… parti de Kanab avec 16°, arrivés à 14 h à Vegas avec 35°… !
Nous sommes partis de Kanab pour Las Vegas, en passant par le Zion Park. Site exceptionnel, avec des falaises immenses, une route en épingle à cheveux et des gorges étroites.

On roule en pleine zone désertique après être sortis du Zion Park, il n’y a rien que des rochers, du sable et la route. Et puis sorti de nulle part le site de “OK Corral” tout à fait dans le style Disney.

Nous arrivons à Las Vegas, ville construite en plein désert. C’est connu depuis le temps. Mais il faut le voir pour le croire. On est sur l’autoroute, il n’y a rien et puis en haut d’une légère côte apparaît la ville avec ses buildings. Mais elle est encore loin. Cette ville se mérite…

A l’entrée nous allons faire une pause, il est 14 h, nous déjeunons puis nous allons visiter la deuxième plus grande concession Harley Davidson des USA. Énorme ! N’oublions pas que nous sommes en plein désert. Il n’y a pas d’eau… Heureusement le lac Powell alimente Las Vegas mais ça ne pourra pas durer éternellement.

Las Vegas, la nuit ! C’est encore autre chose. Et un monde ! Que des touristes. Tiens au fait, à propos de touristes, les français sont légions ! Des cars entiers de français en balade. Et d’un site à l’autre on se reconnaît mutuellement. Très marrant, très sympathique.


 Vidéo de Zion Parck  ICI         Vidéo vers Las Vegas  ICI



21 Mai :   Las Vegas – Vallée de la Mort – Bishop


Nous avons quitté Las Vegas pour Bishop via la Vallée de la mort.

En quittant la ville nous nous retrouvons très vite… en plein désert. Mais ce n’est que le désert. Température 25 °.

Après le désert, les dunes de Borax qui furent exploitées pendant une dizaine d’années pour fabriquer un produit détergent.

Il fait chaud, très chaud… Ici un lac salé. Il y en a plusieurs. Immense ! Il fait chaud ! Parfois 35/40°, mais en roulant c’est supportable. Il est clair qu’il ne vaut mieux pas s’arrêter. Lac Salé qui se trouve à – 85 m sous le niveau de la mer.

Après le désert, les dunes, voilà la Vallée de la Mort ! Évidemment, aujourd’hui on y meurt plus mais les pionniers avec leur chariots, les bêtes, et à leur vitesse ont terriblement souffert. Là on a eu 40°, donc la climatisation est ambiante, avec la chaleur du moteur entre les jambes, le casque et le blouson, et on ne transpire même pas, ça sèche automatiquement.

J’ai une pensée pour ces pionniers qui n’avaient pas de route, ils la faisaient avec armes et bagages, famille, troupeau, chariots…

On a quitté la Vallée de la Mort et on a eu brièvement, mais tout de même de la pluie, un orage de grêle, ça pique, personne ne l’avait vu venir… On passe ainsi de 35/40° à 18°…

Petite pose dans un village car il fait soif. Puis arrivés à Bishop, il était temps avant la pluie.


La journée en vidéo est  ICI    



22 Mai :  Bishop – Mariposa


On nous avait dit que le Park Yosémite était fermé pour cause de neige, et que nous devrions trouver une route qui nous permettrait de rejoindre Mariposa.

Hier nous avions 40° dans la Vallée de la Mort, aujourd’hui nous sommes montés à 3 200 m avec un petit 4° ! Et de la neige il y en avait encore sur notre chemin et nous avons croisé un chasse-neige lors de notre descente du col. Les routes sont très bien entretenues et très roulantes. 9624 feet = 3000 mètres d’altitude.

Il fait froid, Jacqueline a fait la route dans le Van.
Aujourd’hui, vu le temps il était nécessaire d’être bien équipé. Mais on dirait, un peu, les Daft Punk, non ?

Petite pose sur la route de montagne, ça tourne quand même, et ça fait du bien de s’arrêter de temps en temps.

Mais le temps était tellement frais et humide que les femmes (sauf trois) ont suivis dans le Van d’assistance.

Après un bref passage à Coulterville nous arrivons à Mariposa, de l’autre côté de la montagne. Nous n’avons pas traversé le park Yosémite. On est arrivé à Mariposa assez tôt malgré nos 500 bornes !!!

Alors on va se faire un petit apéro, histoire de se dézinguer un peu plus avant d’aller casser une croûte réparatrice.


 La journée en vidéo est  ICI



23 MaiMariposa – San Francisco


 Ce matin départ pour San Francisco. Le temps est beau. Arrêt le midi pour se faire un petit casse-croûte sur l’herbe pour ceux qui ont suivi l’accompagnateur . On s’en rapproche. La circulation commence à se densifier. Dublin, Californie, (banlieue de San Francisco) on s’arrête visiter le Show Room d’Arlen Ness, célèbre designer américain.

Arlen Ness Ness a été reconnu pour son style de peinture unique (aérographe) et pour développer une ligne de pièces de moto personnalisée. Sa popularité a grandi lorsqu’il construit de nouveaux customs et qu’il a produit un spectacle à la télévision. Il a tourné une grande quantité d’émissions sur la création de motos customs.

Après plus de trente ans de construction de custom, son entreprise, Arlen Ness Motos, fut déplacée vers le site de Dublin, en Californie, qui comprend un musée, avec plus de 40 de ses créations custom. La société est également un concessionnaire autorisé pour Victory Motorcycles et pour les motos Indian.

Ceux qui étaient devant (n’ayant pas suivi l’accompagnateur et qui ont suivi l’axe principal au départ Mariposa cherchant la sortie Dublin qu’ils n’ont jamais trouvée et pour cause) se sont retrouvés à Sacramento capitale de la Californie.

Dommage pour ceux qui n’ont pas suivi, car cette ville digne d’intérêt n’était pas au programme. Faute de temps, avant de retrouver toute l’équipe pour le passage du Golden Gate après un détour d’environ 150 Km, quelques photos souvenir ont quand même été prises.

En fin d’après midi nous arrivons à San Francisco


 La journée en vidéo est  ICI



24 MaiSan Francisco


Située à 650 kilomètres au nord de Los Angeles, San Francisco est une ville incomparablement différente du reste des États-Unis. Le particularisme de San Francisco se retrouve dans l’urbanisme. Le centre-ville n’est pas écrasé par les gratte-ciel.

Les maisons victoriennes s’imposent encore dans de nombreux quartiers. Semées au gré des fameuses collines et des rues (très) en pentes , elles contribuent à faire de San Francisco l’une des plus belles villes du monde.

Ajoutez à cela des dimensions à taille humaine, des rues larges ou étroites où l’on peut marcher sans que cela semble suspect. Pas étonnant que les Américains l’aient surnommée Everybody’s Favorite City…

Et puis, plus prosaïquement pour le visiteur, San Francisco a un inconvénient de taille : son climat. En juillet-août, des bancs de brouillard enveloppent parfois la ville pendant des jours, gommant jusqu’au Golden Gate. San Francisco y a gagné un autre surnom : Fog City ! Nous étions en mai, sommes arrivés par un temps superbe, le lendemain brouillard et froid… Voilà ce que ça donne.

Aujourd’hui jour de repos. Visite d’Alcatraz, la célèbre prison. Puis balade sur le port et découverte des Lions de Mer très à l’aise dans le port .



 25 mai : San Francisco – Monterey – Morro Bay


Nous avons donc quitté San Francisco sous un ciel maussade et quelques gouttes de pluie. On commence à avoir l’habitude, puisque ce temps nous a suivi quasiment sur tout le séjour. Nous longeons la côte du Pacifique.

Tout le long de la route nous longerons des champs de fraises, d’artichauts, à perte de vue.

Monterrey, jolie petite ville au sud de San Francisco. Nous déjeunons sur le port dans un restaurant sur pilotis.

Quelques phoques et autre Lions de mer se baladent dessous. Lundi de Pentecôte est férié ici aussi. Beaucoup de monde en villégiature Monterrey et ses bus. Réhabilitation d’anciens trolley bus en bus totalement électrique. Ils sont en bois. On pourrait s’imaginer les vieux bus parisiens réhabilités…Ils ont un succès fou auprès des touristes.

Sur la route, une plage immense sur laquelle se prélassent des centaines d’éléphants de mer (entre 600 et 800 kg pièce…) Et même des écureuils quasiment domestiques puisqu’ils se laissent caresser malgré leurs puces…

Morro Baye, notre destination du jour. Petit port très sympa.


 La journée en vidéo est  ICI



26 mai : Morro Bay – Los Angeles


 

Aujourd’hui mardi, route sur Los Angeles

Ce matin nous sommes partis de Morro Bay, pour Los Angeles en passant par Santa Barbara. Le temps au départ très gris voire un tantinet humide fini par se lever et nous aurons vers midi une température acceptable et quelques rayons de soleil. Heureusement il ne pleuvait pas cette fois. Par contre il faisait un petit 25° mais au ralenti, les moteurs chauffent sérieusement. On a bien transpiré, comme dans la Vallée de la mort.

Au départ les motos bien rangés dans le garage. Dans quelques minutes, tout ça va vrombir avec un bruit assez caractéristique des Harley, si vous voyez ce que je veux dire… Nous allons longer la côte en passant par Santa Maria et Santa Barbara et profiter de la vue de villas somptueuses. La route de Santa Barbara est bordées de palmiers. Sur la plage de Malibu, Guilhem n’a pas résisté. Il s’est baigné dans le Pacifique. L’eau était fraiche mais la température de l’air agréable.

Il l’a fait ! Et pourtant le Pacifique n’était qu’à 14°.

Nous rejoindrons Los Angeles dans la soirée. Arrivés à l’hôtel, une bonne douche, et un pot de l’amitié où nous avons remercié François, notre accompagnateur. Un garçon qui a bien bourlingué et qui connaît assez bien les US pour les avoir fait en moto dans presque tous les sens. Pas facile le métier. Les clients sont différents à chaque fois, souvent ils ne se connaissent pas entre eux, donc il faut, outre le côté moto, gérer le côté humain, surtout ce côté d’ailleurs. Car les motos font ce qu’on leur demande.

 


27 Mai :  Los Angeles –  C D G


Voilà, c’est fini, la dernière parade avant le retour chez le loueur. Adieu les USA, la Californie, les Harley, les Indians et tout et tout. Au retour un bon steak avec des frites !

On est heureux ! Franchement, avoir fait ce périple, c’est inouïe !

On avait lancé l’idée en 2012 en rentrant d’un périple en Corse fin mai. Et aujourd’hui nous sommes en train de boucler la boucle, d’une part, mais aussi, de l’idée première. C’est génial. Il faut le voir pour le croire. C’est la fin d’un périple qui nous aura permis de faire 5 000 kilomètres !!! En Harley Davidson pour certains et en  Indian pour d’autres avec des échanges pour ceux qui ont bien voulu, ce qui à permis d’essayer un peu près toutes les machines.

Sacré bécanes quand même ! Aucun problème. Juste à faire le plein chaque jour. Une moyenne de 350 kilomètres par jour.

Notre accompagnateur nous laissait beaucoup de liberté sur le parcours. Un garçon très sympathique et l’on a oublié qu’il nous avait perdu dès le premier jour. Ceci dit, dans le groupe il y en a des sévères qui n’avaient que de cesse d’aller vite, plus vite que tout le monde sans oublier de se perdre systématiquement. Cela finit par créer des anecdotes amusantes et surtout régulières. Je pourrais écrire chaque jour différemment avec les anecdotes. Ce sera dans un autre chapitre un autre jour…

Pour nous ce fut relativement plus facile car nous nous connaissions tous. 19 personnes et 11 motos.
Nous avons découvert une partie de l’Amérique et peut être une bonne idée de son histoire récente, très récente. Je l’ai déjà dit, ici pas de château, pas d’église du Moyen Age, rien de tout cela. Des lieues et sites naturels superbes, grandioses. Mais l’humain n’a que très peu de place dans toute cette histoire. En tout cas son histoire humaine et récente. C’est un pays neuf. Intéressant, en tous cas. Et pas étonnant qu’il soit le premier du monde même si ça dérange.

Il faut comprendre un peu comment ils se sont fait et on comprendra qu’ils ne voient qu’en allant de l’avant. Ils ne se
retournent jamais. Ils avancent. Et ma fois, je pense qu’ils ont pris une Belle longueur d’avance sur nous qui avançons
en regardant derrière nous…


Les participants :  Road Trip USA 2015


Related Posts
20150419_1604191 (25)